13
novembre 2018

Résonanzen retrouve les vibrations constructives de l’Après-Guerre entre la Sarre et la France

Architecture
Outils
TAILLE DU TEXTE
Contribution du Land de Sarre à l’Année européenne du patrimoine culturel 2018, l’exposition "Resonanzen, l’architecture aux origines de l’Europe", retrace jusqu’au 30 novembre prochain, à Sarrebruck, l’utopie architecturale et urbanistique transfrontalière qui caractérisa les deux décennies de l’après-guerre. Placée sous protectorat français, la Sarre se trouvait alors au cœur d’un projet politique qui aurait conféré au petit Land du sud de l’Allemagne, un statut autonome comparable à celui du Luxembourg. Construite par l’architecte Georges-Henri Pingusson, l’ambassade de France à Sarrebruck, qui accueille l’exposition, exprime cette aspiration par une esthétique soignée et avant-gardiste. Frontalière du bassin houiller mosellan, la Sarre, dévastée par les bombardements, est apparue aux architectes et urbanistes français comme un Eldorado de la reconstruction. L’architecte Jean Prouvé, le pionnier du béton armé, Raymond Camus, et l’usine forbachoise Dietsch ont mis en pratique les nouvelles techniques de construction préfabriquées tant dans l’Est mosellan que dans la banlieue de Sarrebruck. De part et d’autre de la frontière, les populations ouvrières unies par la même ferveur ont (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE