13
novembre 2019

Le jour où Samuel Gelrubin a changé le destin du groupe Terrot

L'immobilier d'entreprise
Outils
TAILLE DU TEXTE
Une machine industrielle à tricoter fait face à l’ascenseur du 111, rue de Longchamp, à Paris : témoignage d’une histoire de famille pas comme les autres. "Une belle histoire", insiste Samuel Gelrubin, aujourd’hui président du groupe Terrot, dont le chiffre d’affaires s’élevait à 53 M€ au 31 décembre 2017. Avant, il y avait Léon, le grand-père. Entrepreneur dans l’âme, il se lance, en 1949, dans la distribution de matériels industriels textiles. Michel, le père, lui emboîte rapidement le pas. "C’était logique", dit Samuel, le fils, initialement séduit par le secteur des télécoms. "J’ai créé ma boîte, elle n’était pas très rentable, je l’ai revendue". Son père lui tend la main. Et l’avertit. En substance : "tu peux bosser avec moi mais il (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous