Privée de Pinel, Béziers cherche à limiter la casse

Immobilier
Outils
TAILLE DU TEXTE
Béziers (76 500 habitants) a perdu les mesures de défiscalisation Pinel en zone B2 qui ont fait de ce marché, le plus soutenu des grandes villes du Languedoc-Roussillon (hors Montpellier). "Sur 1 000 à 1 200 ventes annuelles en zone B2, soit 77 communes de la région, près de la moitié se réalisaient à Béziers", rappelle Yohan Breuil, directeur de l’observatoire immobilier Adéquation, à Montpellier. L’Etat a aussi refusé la demande de reclassement de la ville en B1. "La part de la promotion neuve va se réduire à 30 % du marché", prévoit-il. Or, dans cette ville qui a accueilli 5 000 nouveaux habitants entre 2011 et 2016, les investisseurs ont réalisé 75 % de ventes dans le neuf, la vacance locative étant faible. "La fin de ce dispositif nous empêche de lancer certains programmes, c’est une très mauvaise nouvelle", déplore Thierry Boucher, directeur de Béziers Agglomération. 400 logements sont en stand-by à La Courondelle, par exemple, ZAC jusque-là très active qui a déjà livré 1 200 biens. L’agglomération cherche à réaffecter les programmes sortis de la défiscalisation, sans les brader. "Nous réfléchissons à de nouveaux parcours résidentiels pour jeunes primo accédants à des prix calculés qui les incitent à acheter et quelques Vefa pour des programmes sociaux ou seniors", indique Thierry Boucher. Ce dernier espère voir les promoteurs - dont certains, nationaux ou locaux, ont quitté Béziers - (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous