Vers un "ralentissement cyclique"

Editos
Outils
TAILLE DU TEXTE
"Lignes de fractures", "environnement chahuté", "crainte d’une récession", "synchronisation progressive à la baisse". Autant de combinaisons, déclinées au cours d’une matinée prospective organisée par l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF), fin janvier, et synonymes d’une "fin de cycle", selon Pierre Schoeffler, senior advisor. D’où ces interrogations latentes - inflation, taux d’intérêt, croissance des loyers, valorisation des actifs - qui secouent le segment de l’immobilier,"une classe d’actif toujours attractive par son potentiel de diversification, sa résilience et sa prime de risque", selon Christian de Kerangal, directeur général de l’Institut, qui a élaboré deux scénarios pour la période 2019-2020 : "un ralentissement cyclique" (taux de probabilité : 80 %) ou une "récession" (20 %). Le premier mise sur une croissance en baisse à 1,3 % ou encore une remontée du taux d’intérêt des OAT à dix ans à 1 % en 2019, à 1,5 % en 2020. Conséquences sur le marché des bureaux parisiens ? Une "probable diminution des transactions", qui pourraient atteindre 2 289 000 m2, contre 2 504 000 m2 en 2018, combinée à une "absorption nette (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE