Souplesse

Editos
Outils
TAILLE DU TEXTE

Il s’est fendu d’une petite pique non dissimulée, derrière une introduction sans équivoque. Dans le viseur de Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable et figure incontournable d’EnerJ Meeting, la journée de l’efficacité énergétique et environnementale du bâtiment : la suppression par le Conseil d’Etat du décret tertiaire en juin 2017. Un coup d’arrêt qui n’a pas eu raison de la "mobilisation volontaire", suscitée par la charte du PBD, qui réunit actuellement 131 signataires. Un coup d’arrêt effacé, à ses yeux, par "la concertation exemplaire, efficace et réelle" entre l’administration et le PBD, dans le cadre de la loi Elan et de son article 175, supports d’un prochain décret tertiaire publié au printemps 2019, "si possible", selon Emmanuel Acchiardi, sous-directeur de la qualité et du développement durable dans la construction à la DHUP. Il prévoit une réduction de la consommation d’énergie finale pour l’ensemble des bâtiments soumis à l’obligation d’au moins 40 % en 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050 par rapport à 2010. Emmanuel Acchiardi ajoute : "désormais, nous ne parlons plus de travaux mais d’actions", tant en termes d’usage(s) que d’exploitation et de comportement(s), "car si nous voulons nous attaquer à ce problème, il faut absolument travailler sur plusieurs leviers". "Le décret sera plus souple", promet Philippe Pelletier, qui loue "l’intelligence d’inscrire le parcours du bâtiment dans la durée". Si la rénovation est ici ciblée, la construction n’échappe pas à cette prise de conscience collective avec la prochaine RE 2020.