01
juin 2020

Des associations demandent la fin des expulsions locatives et craignent une "crise humanitaire dans les grandes villes"

Le logement
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le 31 mars marque la fin de la trêve hivernale, qui sonnera la reprise des expulsions et la fermeture de structures d’urgence, comme chaque année. Tout en saluant l’effort du gouvernement sur le nombre de places ouvertes cet hiver, Florent Guéguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars) et porte-parole du Collectif des associations unies* (CAU), a alerté sur le risque de "crise humanitaire dans les grandes villes" comme Paris, Lyon, Lille et Marseille, avec des remises à la rue de milliers de personnes. "Nous n’avons aucune précision sur le nombre de places d’hébergement qui vont être pérennisées, aucune annonce de la part du gouvernement, ni sur comment vont être orientées les personnes qui se trouvent à ce jour dans des lieux d’accueil", précise-t-il. Sur les 150 000 places d’hébergement (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous

LE NUMÉRO 111 EST PARU !

Couv TU111 OK petit