13
décembre 2018

Des aménagements dédiés au co-voiturage en discussion entre l'Etat et la région

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
Valérie Pécresse mise sur co-voiturage pour désengorger les routes franciliennes. Devant la presse, jeudi 8 mars (cf. p. 7), la présidente d'Ile-de-France Mobilités a annoncé être en discussion avec l'Etat et les concessionnaires d'autoroutes pour élaborer un plan d'aménagement de plusieurs axes routiers majeurs. L'idée : ouvrir des voies aux co-voitureurs pour encourager la pratique. En plus des freins juridiques à lever, subsiste la sempiternelle question économique : "qui supportera le coûts des aménagements : l'Etat, la région ou les concessionnaires ?", interroge l'élue. "La région [qu'elle préside] est prête à investir". D'après les estimations du syndicat des transports, la facture s'élèverait, au maximum, à 2 M€ par km. Il faudrait également, rappelle la présidente, intervenir auprès des entreprises pour "lisser les heures de pointe", et agir sur les comportements des particuliers, parce que "nous ne sommes pas condamnés à être tous en même temps dans les transports ou sur la route". 

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE