20
octobre 2018

Les maires menacent de quitter la conférence nationale des territoires

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
A deux semaines de son 100e congrès*, l’AMF durcit le ton : à leur tour, les maires brandissent la menace du boycott de la conférence nationale des territoires, mi-décembre. En cause toujours, "l’avalanche de mesures défavorables aux collectivités et aux territoires" annoncées depuis l’été (et figurant dans les différents textes budgétaires), qui ont "profondément affecté la relation de confiance" entre les élus locaux et l’Etat : "contrat léonin - c’est-à-dire dans lequel tout le bénéfice ne va qu’à un seul -" prévoyant 13 Md€ de baisse des dépenses des collectivités sur cinq ans, ratio d’endettement, suppression de la taxe d’habitation, diminution des emplois aidés, remise en cause de l’APL… "Tout cela aura des conséquences fortes sur les finances locales et la qualité de vie de nos concitoyens", prévient André Laignel, premier vice-président de l’Association, mercredi 8 novembre, estimant que le gouvernement est en train de "resserrer le garrot [des collectivités] et [d’]y adjoindre une camisole réglementaire et juridique". A ses côtés, François Baroin, le président de l’AMF, martèle que "l’effort demandé n’est pas (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE