15
décembre 2018

Une main tendue en clôture du Congrès des maires

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
"Je souhaite que nous puissions marcher ensemble". L'AMF "tend la main" au gouvernement. C'est, entre autres, le message passé par François Baroin, président de l'Association des maires de France, lors de la séance de clôture du 101e Congrès des maires, le 22 novembre, à Edouard Philippe. "Pour la première fois, Monsieur le Premier ministre, vous avez devant vous les régions, les départements et les communes", unies pour mettre en œuvre "l'acte 3 de la décentralisation". Edouard Philippe, qui a longuement défendu les mesures prises par son gouvernement, n'a fait aucune annonce de sa part. Rien d'étonnant, le président de la République ayant reçu, la veille, le bureau de l'AMF et plus de 2 000 élus. Le chef de l'Etat, dont l'absence a maintes fois été soulignée, "était campé sur ses propositions, parfois assez cassant et surtout revenant sur un certain nombre d'engagements", lâchait, dans la foulée de la réunion au sommet, sur Twitter, André Laignel, premier vice-président de l'AMF. Ce dernier n'a pas mâché ses mots dans son discours de clôture, rappelant qu'Emmanuel Marcon "n'a tenu aucune de ses promesses", faisant référence, notamment, à la mise en péril de "la libre administration des collectivités locales". En (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE