13
décembre 2019

Au FPU 2019 : Rennes monte dans les tours

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE

En 1970, apparaît à Rennes le premier IGH de France à usage d’habitation. Un deuxième opus suit en 1975. Il aura fallu un demi-siècle pour que la ville retrouve un certain goût pour la verticalité, avec l’arrivée de la tour Samsic, de 85 m, soit 26 étages surplombant la nouvelle gare de la capitale bretonne mise en service à l’été 2019. Ce programme immobilier mixte à proximité des pôles de mobilité fait cohabiter logements sociaux, privés et services, dans le cadre d’EuroRennes. Ce projet de renouvellement urbain "imposait de travailler sur une insertion fine d’un maximum d’usages (…) en se concentrant sur la hauteur pour les développer", explique Jean Badaroux, directeur général de Territoires publics, société publique locale d’aménagement. Accessible au public, l’IGH génère des surcoûts (sécurité, etc.). "Les deux premiers étages de propriétaires de logements vont permettre d’absorber une partie des charges liées à ces surcoûts", indique Thierry Geoffroy, président de Samsic.

C’est au nord-est de la cité bretonne, dans le quartier Maurepas, que se décline un autre aspect de l’habitat en hauteur. Il concerne la réhabilitation de six tours de 55 m de haut et 15 étages, dédiées au logement social, dans un quartier dont l’accessibilité va s’accroître avec l’arrivée de la seconde ligne de métro rennaise. L’objectif de ce programme de requalification est de "renforcer l’attractivité de ces tours stigmatisées dans l’imaginaire rennais", indique Cécile Monnerais, cheffe de projet renouvellement urbain à Archipel Habitat. Les réponses apportées sont multiples : travail de diversification typologique, traitement des façades, amélioration de la performance technique du patrimoine mais aussi de la qualité acoustique, etc. Elisabeth Georges, architecte associée gérante de l’Atelier Ruelle, évoque un "travail de mise en relation essentiel, en s’appuyant sur le patrimoine végétal et le bâti" pour des tours qui s’inscrivent dans un quartier manquant de lisibilité, d’adressage clair et de contact avec la rue et l’espace public.

Articles sélectionnés pour vous