RER D Sud : dix élus dénoncent la dégradation du service

Mobilités
TAILLE DU TEXTE
Dans une lettre envoyée la semaine dernière au président de la République, dix élus franciliens (huit maires* et deux députés : Marie Guévenoux, LREM, et Franck Marlin, LR) remettent en cause la nouvelle organisation de la section Sud du RER D établie par Ile-de-France Mobilités en décembre dernier. Ils demandent à Emmanuel Macron d'intervenir auprès de la SNCF afin qu'une "déclaration de saturation soit mise en œuvre" pour lancer, in fine, une "analyse complète de la situation". D'après eux, l'offre de transport s'est aggravée de façon significative, en raison, surtout, des "correspondances systématiques imposées en gares de Corbeil-Essonnes, Viry-Châtillon et Juvisy-sur-Orge". En parallèle, certains élus s'en remettent au tribunal administratif de Paris espérant faire annuler la délibération d'IDF Mobilités. "La ligne D du RER transporte 600 000 voyageurs par jour, ce qui est comparable à l’activité quotidienne de tous les TGV de France réunis, indiquent les élus. Alors que la ligne D du RER est aujourd’hui saturée et ses trains bondés, la fréquentation devrait encore augmenter de 50 % dans les dix ans à venir et atteindre les 900 000 voyageurs par jour, selon la SNCF".  (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250