15
octobre 2018

Les EPL veulent peser sur la future loi logement

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
Pour ses premiers vœux en tant que président de la Fédération des entreprises publiques locales (FedEpl), Jean-Marie Sermier, député (LR) du Jura, a estimé, le 9 janvier, que "l'économie mixte [était] plus que jamais utile à l'intérêt général", et en "forte évolution, avec une diversification à tous les domaines de la vie" des sociétés publiques locales. Les EPL compte aujourd'hui, d'après le président, 1 000 SEM, 260 SPL (sociétés publiques locales) et une dizaine de Semop (SEM à opération unique), un outil en fort développement, ce qui représente 64 000 salariés et 14 Md€ de chiffre d'affaires en 2017.  Jean-Marie Sermier a expliqué qu'il entendait conforter ce développement et cette diversification en 2018, en pesant sur les débats nationaux, notamment la loi sur le logement, attendue ce printemps. S'il dit "comprendre les objectifs du gouvernement concernant la rationalisation des organismes de logement", il souhaite faire valoir "la différence des SEM immobilières", notamment en ce "qu'elles ne se chevauchent" dans leur assise territoriale, comme le feraient les bailleurs sociaux. En outre, "les seuils ne sont pas les mêmes pour une structure qui ne fait que du logement et pour une entreprise publique locale (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE